La locomotive Péchot-Bourdon 1888

Cette locomotive de légende, dans le milieu ferroviaire, d'un type particulier de locomotive à vapeur, était destiné à la desserte, en voie de 0.60m, des forts militaires de l'Est de la France. Elle fût étudiée par le capitaine Prosper PÊCHOT et l'ingénieur Charles Alexandre BOURDON.

Inspiré du système breveté de l'ingénieur anglais FAIRLIE pour la chaudière et le bogie articulé comprenant le système de traction et de choc comprenant les cylindres, le mécanisme et le tampon-crochet et le bogie à balanciers, breveté par le capitaine PÊCHOT, permettant le passage en courbe de faible rayon sur des voies présentant d'important défauts.

Elle comportait une seule chaudière avec deux foyers, deux faisceaux de tubes à fumée, deux cheminées symétriques, deux bogies porteurs et moteurs à deux essieux et deux cylindres. Il n'y avait qu'un poste de conduite d'un coté, et la place du chauffeur qui alimentait les deux foyers par deux portes, de l'autre coté de la chaudière.

A la différence du système Fairlie, l'arrivée de la vapeur aux cylindres se faisait par l'intermédiaire d'une rotule creuse centrale à chaque bogie.

L'intérêt de cette machine, outre sa symétrie, ses foyers centraux permettaient l'utilisation sur de fortes rampes, son centre de gravité était très bas, le faible empattement de ses bogies permettait de prendre des courbes de 20 m. de rayon, et les quatre essieux moteurs lui procuraient un effort de traction important.

Ces locomotives ont été uniquement à utilisation militaire. La première aurait été fabriquée par la Société Métallurgique de Tubize pour les établissements Decauville en 1888 et a porté le nom de "France". Soixante et une machines furent construites avant 1914. La construction du restant fut entreprise à partir de 1915 par les USA et la Grande Bretagne. Soit au total 356 machines. 

Malgré la construction de ces 356 exemplaires, aucune locomotive n'a été conservée en France.

Actuellement, en France, il se construit la réplique de la frégate "L'Hermione", qui va demander 10 ans de travail: N'est-il pas possible de faire la même opération en France pour une machine à vapeur que l'on pourrait classer comme ''légendaire''? . Les plans de réalisations sont prêts.

Nous pouvons rappeler que la dernière locomotive à vapeur construite en France, en 1987, est la "Marc SEGUIN 1829", par notre association.