Le bateau de Robert Fulton

Le Siècle des Lumières est un siècle d'innovation également dans le domaine de la navigation mécanique. Le 9 août 1803, un événement d'une portée internationale se déroula à Paris sur la Seine : la navigation du premier bateau à vapeur ayant navigué d'une façon fiable. 

Il fût le précurseur de la formidable armada qui libéra l'Europe en 1944 :Sa devise était 

''La liberté des mers fera le bonheur du monde''.

Robert FULTON ne prétendit pas être l'inventeur du procédé, mais sut faire la synthèse des travaux de ses prédécesseurs : Jouffroy d'Abbans en 1783 avec son ''Pyroscaphe''. En alliant l'évolution de la machine à vapeur et technique de construction fluviale, il conçoit le premier bateau à vapeur qui navigua sur la Seine à Paris, avec succès, aux abords du quai des Bonhommes. Une plaque commémorative, en mauvais état, malgré plusieurs démarches auprès des services intéressés par sa rénovation, rappelle cet événement. 

La partie novatrice de ce bateau est l'installation de l'appareil de propulsion: des roues à aubes, entraînées par une machine à vapeur. Il navigua à la vitesse de 5km/h en remontant la Seine. 

Cette machine, construite par les Frères Périer, établie selon le principe de la machine de Watt, était une innovation pour l'époque. Elle avait une puissance de 8 cv. 

Il ne remporta pas le succès espéré auprès de Napoléon 1er. Déçu, il repartit pour les U.S.A. ou il entreprend avec le succès que l'on connaît, tout en y amenant des améliorations techniques, la construction de 19 bateaux qui navigueront sur la rivière Hudson.

Il serait dommage de ne pas célébrer le Bicentenaire de cet événement par une manifestation symbolique. Nous allons entreprendre les démarches nécessaires, espérons qu’elles aboutiront. Toutes les aides seront les bienvenues.

Le bateau ''Robert FULTON 1803''

Après avoir reconstitué la locomotive Marc Seguin, il nous a semblé intéressant de reconstituer une autre pièce ayant marqué l'histoire des techniques au titre de la navigation fluviale. Ses dimensions, sous certaines conditions, permettent son transport autre que par le fluvial, permettant ainsi à la pièce de musée de se déplacer vers un lieu de festivité.

La reconstitution du bateau ''Robert FULTON 1803'' à l'approche du bicentenaire de l'événement serait un support idéal pour démarrer sa reconstitution, dans le même esprit que la locomotive, c'est à dire avec la participation de jeunes issus de différents milieux éducatifs et professionnels, aidés en cela par le partenariat d'entreprises industrielles avec le support de collectivités locales et nationales.

La construction graphique est terminée, des pièces mécaniques ont déjà été réalisées par des lycéens, la construction du bateau a été étudiée par un architecte, un budget de réalisation aussi. Nous avons faillit réussir, mais les vicissitudes de la vie publique ont leurs réalités.

Un autre lieu que l'endroit ou il fût construit, à cause de la densité et la vitesse des bateaux qui lui ont succédé, se prêtait à cette action : le bassin de la Villette, dans le cadre de la réhabilitation du bassin, ou ''dans le temps'' au alentour de 1800, se déroulaient de nombreuses fêtes, les parisiens s'y rendaient nombreux, des peintures en témoignent, mais il paraît que cela n'est possible. Peut-être faudra-t-il passer, comme beaucoup de réalisations, par les USA pour que cela se réalise et devienne réalité?

A ROCHEFORT, la reconstitution de ''L'HERMIONE'', bateau qui emmena LA FAYETTE aux USA, se poursuit, il est envisagé 10 ans pour sa réalisation.

A GRAVELINES, la reconstitution du voilier ''JEAN BART'' va bientôt démarrer. C'est un bateau de 60 mètres, sa construction devrait demander 10 années, pour un budget prévisionnel de cent vingt millions d'euros

Pourquoi pas envisager la reconstitution du bateau de ''Robert FULTON'' à Paris
Espérons que un jour, ce rêve se réalisera !
Beaucoup de villes ont reconstitué un bateau ayant marqué l'histoire locale.

i>

Quelques reconstitutions réalisées

ML>